• Plus de 50% des étudiants n’utilisent pas de préservatif

    Pour beaucoup d’étudiants, l’usage d’un préservatif ne rime pas du tout avec le plaisir. En conséquence, ils préfèrent toujours avoir un sexe sans protection. D’après les chiffres donc, plus de 50% de ces types de personnes n’utilise que très rarement une capote pendant une relation intime.

    Pour beaucoup d’étudiants, l’usage d’un préservatif ne rime pas du tout avec le plaisir. En conséquence, ils préfèrent toujours avoir un sexe sans protection. D’après les chiffres donc, plus de 50% de ces types de personnes n’utilise que très rarement une capote pendant une relation intime.

    Les raisons qui poussent les étudiants à ne pas se protéger

                    Le porno comme source d’influence

    Malgré les législations qui régissent le tournage des films pornos, presque tous les producteurs transgressent la règle. En conséquence, presque toutes les scènes qui montrent des acteurs en plein ébats sont sans protection. Mais selon un producteur dans l’industrie du x, ils font ça juste pour répondre à une demande. Si leurs acteurs utiliseraient alors un préservatif, personne ne regarderait leur film. Certes, c’est un bon argument, mais ça reste quand même une excuse, car quoi qu’ils disent, ils sont entièrement responsables de cette réticence des jeunes à se protéger durant les rapports.  

                    Pour eux le Sida n’existe pas

    Avant, le Sida faisait peur à tout le monde. Dans les années 90 donc, personnes ne faisaient l’amour avec un inconnu sans utiliser de préservatif. Mais pour la génération 2000, cette maladie n’était qu’un mythe pour faire peur aux gens. Toutefois, ce qu’ils ne savent pas, c’est que cette maladie existe vraiment, et des centaines milliers de personnes en souffrent en silence.

                    Seules les escorts peuvent avoir des maladies

    Quand un homme couche avec une escort, il est quasiment impensable pour lui de ne pas utiliser de préservatif. Mais s’il s’agit d’une fille lambda, il se dit qu’elle est saine et qu’il n’y a aucun risque de maladie. Toutefois, cette une idée reçue qui expose les jeunes d’aujourd’hui à contracter diverses maladies sexuellement transmissibles. Dans la plupart des cas, on ne voit pas des signes apparents sur une personne malade. Donc, on n’y prête pas trop attention.

                    Les filles prennent des pilules et c’est inutile d’utiliser une capote

    A la fac, la plupart des filles prennent des pilules contraceptives. Donc comme il n’y a aucun risque de tomber enceinte par accident, elles ne jugent plus nécessaire d’utiliser un préservatif pendant un rapport sexuel. Mais ce qu’elles ne savent pas, c’est que plus elles changent de partenaires, plus elles courent le risque de contracter une maladie. Parmi la plus dangereuse, il y a la chlamydia. Maladie quasiment invisible, elle pourrait rendre une fille stérile si le traitement n’est pas effectué à temps.

    Plus de 50% des étudiants n’utilisent pas de préservatif

     

    Ces interviews confirment que les étudiants détestent utiliser un préservatif

    Rico, 1 ère année en Marketing

    Je l’avoue que je n’ai jamais couché avec une inconnue. Je n’ai jamais également eu de sexfriend. Je ne couche donc qu’avec ma copine. Et entre nous, comme la confiance s’installe, on n’utilise jamais de préservatif. Par rapport à mes souvenirs, je n’ai utilisé une capote qu’une seule fois. C’était pendant l’époque où l’une de mes exs avait ses règles.

    Toutefois, pendant une soirée Jet set, j’ai eu l’occasion de coucher avec une actrice porno amatrice. Du coup comme c’était une occasion assez unique, je me suis dit que je n’allais pas porter de capote. Ça m’a un peu fait flipper, mais heureusement je n’ai eu rien. 

    Sabrina, 4 ème année en langue appliquée

    Quand j’étais arrivée à la fac, ma vie sexuelle a connu un pic. Pendant ma première année donc, il m’arrivait de coucher avec plus de quatre mecs en un seul mois. Et durant ces moments, je n’utilisais jamais de préservatif. Actuellement, je suis un peu plus calme, mais avec mon copain ou un autre, je ne pense pas que je me protègerai car mes pilules me suffisent amplement.

    Denis, 6 ème année en médecine

    En tant qu’étudiant médecin, je suis très conscient du risque des rapports sans protections. Comme je suis bénévole pour un ONG, il m’arrive même de participer à des campagnes de sensibilisation des jeunes à utiliser une capote pendant les rapports. Mais vous savez quoi ? Je suis un très mauvais élève, je conseille aux gens de se protéger pendant chaque rapport, mais moi je ne le fait jamais. Toutefois, j’ai un coup de bol jusqu’à maintenant car même si je ne me protège pas, je n’ai jamais eu de maladie sexuellement transmissible.

    Karim, 2 eme année en communication

    En tant qu’étudiant en communication, je sais très bien que l’Etat ment sur les chiffres concernant le Sida et les IST. Par rapport à cela donc, je ne flippe jamais si je n’utilise pas de capote pendant un rapport.

    Cédric, 4 ème année en Economie

    Quand j’étais ado, ça me gavait de recevoir des leçons de moral sur l’usage de préservatif. Une fois plus grand, au lieu de suivre ces prescriptions, j’ai fait tout le contraire. Pour moi, ces trucs de maladies et autres ne sont que des exagérations pour accroitre la vente de préservatif.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :