• Lutte contre le cancer du sein : qu’est-ce qu’il ne faut pas faire ?

    Le cancer du sein est l’un des cancers les plus fréquents chez la femme. De plus, il peut être fatal dans le cas où ne prête pas trop attention. Par contre, on peut réduire ce risque, et voici comment faire.

    1-      L’obésité

    D’après plusieurs études, il se trouve que nombreux sont mes femmes touchées par l’obésité qui ont un indice de cancer du sein. Ces études révèlent que l’obésité y joue un rôle. Pour d’autres, ce sont leurs antécédents familiaux qui rattrapent leur présent, c’est-à-dire un parent qui a autrefois été touché par le cancer.

     

    Le cancer du sein est l’un des cancers les plus fréquents chez la femme. De plus, il peut être fatal dans le cas où ne prête pas trop attention. Par contre, on peut réduire ce risque, et voici comment faire.

    Lutte contre le cancer du sein : qu’est-ce qu’il ne faut pas faire ?

     

    1-      L’obésité

    D’après plusieurs études, il se trouve que nombreux sont mes femmes touchées par l’obésité qui ont un indice de cancer du sein. Ces études révèlent que l’obésité y joue un rôle. Pour d’autres, ce sont leurs antécédents familiaux qui rattrapent leur présent, c’est-à-dire un parent qui a autrefois été touché par le cancer.

    2-      La consommation abusive de l’alcool

    L’alcool favorise le risque du cancer du sein même à des doses faibles. De plus, il est également susceptible de  modifier le métabolisme de l’œstrogène. Un danger très alarmant qui plus est, et le mieux c’est de réduire la consommation, voire tout arrêter. A titre d’information, quand on parle d’alcool, on fait également référence au vin et le champagne.

    3-      Des enfants trop tard (après 35 ans)

    Il faut savoir que la grossesse favorise la maturité complète des cellules mammaires. Or cet état protège de la dégénérescence. Ainsi, le risque de cancer du sein est fortement diminué. Ceci dit, à partir de 30 ans, si enfant il n’y a pas encore, la femme en question est plus réceptive à des cellules cancéreuses qui attaquent principalement les seins. En quelque sorte, le fait d’allaiter pourrait être considérer comme un moyen d’immunité partielle.

    4-      Le non pratique de sports

    On ne va plus rappeler les bienfaits de la pratique du sport chez un individu. Néanmoins, il faut savoir que la pratique du sport permet grandement de diminuer jusqu’à 45 % les risques de choper un cancer du sein.

     

    Quels sont les aliments aident à lutter contre le cancer du sein ?

     

    Chaque aliment a des apports très puissants, mais quelques-uns en particulier aident à lutter contre ce type de cancer.

    ·         Les hampignons

    Les femmes ménopauses sont les premières victimes du cancer du sang. Pourtant, une grande consommation des champignons diminuent les risques chez ces catégories de femme. Ces aliments contiennent des antioxydants qui protègent contre le cancer.

    ·         Les œufs

    La choline est l’une des nutriments essentiels présents dans les œufs. La prise avec modération de ce type d’aliment peut réduire jusqu’à 25 % les risques du cancer du sein. Il faut savoir que la choline présente dans le jaune d’œuf assure le bon fonctionnement cellulaire. On peut ajouter des œufs des  champignons en tranches aux œufs brouillés ou omelette pour varier le goût et combattre le cancer.

    ·         Les pinards

    Les épinards sont sources de folate. La consommation d’une quantité élevée de folate pour les femmes pré-ménopause est un très grand avantage car elle est susceptible de diminuerai jusqu’à 45 % les risques d’avoir un cancer du sein.

    ·         Les aliments riches en vitamine B

    La vitamine B est nécessaire pour la division cellulaire. Ce n’est pas tout, elle empêche également les modifications d’ADN qui peuvent conduire jusqu’au cancer. Les viandes, les noix, les bananes, les champignons sont riches en vitamines B.

     

    Est-il possible de soigner un cancer du sein à un stade avancé ?

     

    Le cancer du sein touche à peu près 2 femmes sur 5 (ménopausées). Le cancer de sein peut être divisé en 4 stades. Le cancer de sein métastatique en est le plus avancé (les cellules cancéreuses se propagent vers d’autres parties du corps).

    -          Traiter avec l’hormonothérapie

    Ce type de traitement est proposé à une femme atteinte de cancer de stade 4 à condition que les récepteurs hormonaux soient positifs et qui se sont bien propagés dans les os, les muscles,… On le propose aussi quand les cellules cancéreuses se sont déjà propagées dans d’autres organes comme le foie, le cerveau, le poumon, … Toutefois, la particularité de ce traitement c’est qu’il exige du  patient s’il est ménopausé ou pas afin de savoir très exactement la quantité d’œstrogène ainsi que d’autres hormones à administrer à ce dernier.

    -          Traiter avec la chimiothérapie

    La chimiothérapie est proposée pour traiter le cancer du sein à un stade avancé dont les récepteurs hormonaux sont négatifs. On la propose aussi pour les cancers du sein à stade 4 à récepteurs hormonaux positifs qui s’est propagé dans différents organes mais qui ne provoquent pas des symptômes. Elle consiste à l’administration de médicaments afin de détruire les cellules cancéreuses ou limiter leur propagation. Néanmoins, on l’administre tant que les effets secondaires ne posent pas encore de problèmes. C’est pour cette raison que ce traitement se fait par cycle afin que le patient puisse se remettre des effets secondaires.  

    -          Traiter avec la radiothérapie

    La radiothérapie est un type de traitement très efficace afin de soigner le cancer du sein à stade 4. Elle consiste à utiliser des rayons ou particules très puissantes afin de détruire les cellules cancéreuses ou ralentir le développement de ces dernières. Cependant, elle reste le moins choisie par les patientes parce qu’elle entraine des effets secondaires négatifs. D’ailleurs, les rayons sont susceptibles de détruire toutes les cellules même si elles sont saines. 

    Même si le cancer de sein à un stade avancé paraît incurable, il reste toujours de l'espoir grâce à la médecine moderne. Le tout c’est de savoir consulter bien à l’avance afin d'accroître la chance de pouvoir guérir de ce type de cancer, véritable fléau pour les femmes.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :